Artiste x entrepreneuse : l’équation impossible ?

Artiste x entrepreneuse : l’équation impossible ?
5 avril 2021 Marie Bambelle
In Artrepreneuriat
bd-double-casquette-artiste-entrepreneuse

Je veux te parler d’un sujet qui me tient particulièrement à cœur : peut-on à la fois avoir une âme d’artiste et une (énorme) ambition entrepreneuriale ?

bd-double-casquette-artiste-entrepreneuse

 

Le point de départ de ma réflexion

Me libérer des fausses croyances

C’est une question avec laquelle je me suis longtemps débattue. J’étais persuadée qu’on ne pouvait pas être une “vraie” artiste si on voulait devenir riche car, tout le monde le sait : l’argent salit l’Art. Enfin l’Ââââârt, le vrai, le grand le BEAU.

Et si on souhaite – attention, je vais être vulgaire – VIVRE de son art, des ses dessins, de ses peintures, de ses photos… Quelle insolence ! Vouloir vivre dans le confort et la sécurité et créer ? BLASPHÈME nous disent les livres d’Histoire et la société. Cela ferait de nous des artistes en carton. Des vendues.

Car c’est bien connu, pour être une VRAIE artiste, il faut SOUFFRIR pour son art. Il faut en chier, vivre dans la misère et mendier des repas dans les restos en échange d’une œuvre.

Mais bon, si ça marchait pour Van Gogh et Picasso, les restaurateurs de nos jours ne sont plus aussi sympas (et ils ont plus de charges aussi).

Et j’en suis venu à me demander : “Mais en fait, est-ce que ce ne serait pas un tout petit peu des grosses conneries tout ça ?”.

Spoiler alert : si.

Cinq années d’observations et d’apprentissage

bd-double-casquette-artiste-entrepreneuse

Il y a cinq ans, j’ai déménagé dans une ville que j’adore mais où je ne connaissais personne. J’étais au chômage, entre deux contrats et… Ben il faut bien le dire, je me faisais grave chier.

Et puis j’ai eu un déclic. J’ai lu coup sur coup deux bandes dessinées qui m’ont passionnée à tel point que j’ai eu envie de faire la même chose. Alors j’ai repris mes crayons, mes carnets et j’ai recommencé à dessiner. Je n’avais pas touché un crayon depuis presque deux ans, depuis l’arrêt de mes études (j’ai toujours gribouillé dans les marges de mes copies, ça m’aidait à me concentrer).

Et comme à chaque fois que je me passionne pour un nouveau sujet, je tombe dedans complètement. J’ai emprunté des livres sur le croquis de rue et les portraits à la bibliothèque. J’ai cherché des chaines Youtubes, des blogs, des comptes Instagram.

Et j’ai découvert des filles (en grande majorité) qui vivait de leur passion, certaines vraiment bien, d’autres moins. Mais je me suis dit : “Pourquoi pas moi ?”.

J’ai noté toutes leurs techniques, ce qui fonctionnait, ce qui avait l’air moins rentable. J’ai appris, appris et appris encore.

Et aujourd’hui, après 5 ans d’apprentissage de l’illustration et de navigation à vue dans les eaux troubles de l’aventure entrepreneuriale (enfin au début), mon opinion, c’est que le mythe de l’artiste maudite et torturée pour créer de magnifiques œuvres…

Ben c’est du GROS BULLSHIT.

Je suis à présent intimement convaincue que si on aborde sa carrière artistique avec un œil d’entrepreneuse, il n’y a aucune raison que ça ne fonctionne pas.

Artiste et entrepreneuse : des points communs évidents

bd-double-casquette-artiste-entrepreneuse

Quand je regarde les qualités requises dans les deux carrières, je suis stupéfaite de ne jamais avoir entendu nulle part à quel point les artistes et les entrepreneuses sont semblables.

1. La créativité à la base de tout

Artiste, entrepreneuse, même combat : leur créativité est au cœur de leur métier.

La créativité, c’est cette capacité à associer des idées pour en faire quelque chose de nouveau. Et qu’il s’agisse d’une œuvre ou d’une nouvelle manière de faire tourner son entreprise, le processus est en fait le même.

Ainsi, il est tout à fait logique de se dire que les deux statuts sont fait pour marcher main dans la main et que les artistes, illustratrices, peintresses, photographes… Sont, en fait, des entrepreneuses nées.

2. Une passion dévorante

Je te l’ai dit plus haut, quand j’ai recommencé à dessiné, je l’ai fait sérieusement et je suis (re)tombée dans cette passion d’enfance avec enthousiasme.

Et tous les artistes te le diront : leur art est une passion.

Pour certain·e·s d’entre elleux, c’est même un problème car quand ton métier, c’est ta passion, les hobbies et le temps libres sont tout de suite beaucoup plus fades (les rageux diront “problèmes de riches”, mais nous ne les écouterons pas).

Pour les entrepreneuses, c’est pareil. Il n’y a qu’à suivre quelques compte consacrés à l’entrepreneuriat pour s’en rendre compte. Les meufs mangent, rêvent et dorment entrepreneuriat, augmentation du chiffre d’affaire, développement de nouvelles idées… Là encore, on parle d’un boulot passion.

3. La nécessité du développement personnel

Ensuite : que l’on soit une artiste ou bien une entrepreneuse, une chose est sûre : la progression et l’apprentissage passent par une nécessaire remise en question constante de soi. Et les outils pour le faire sont donc les mêmes : ce sont ceux du développement personnel.

Par exemple : faire tomber ses barrières mentales, identifier ses freins psychologiques (ou ceux de son audience), développer son mindset pour ne plus s’autosaboter… Autant de chose qu’artistes et entrepreneuses ont ainsi en commun.

4. Une vocation intimement lié à soi

Enfin, le dernier point commun entre les artistes et les entrepreneuses, c’est la manière dont leur entreprise ou leur art sont intimement lié·e·s à leur vie personnelle, à leur vision pour l’avenir. Et ça passe souvent par l’exigence, la volonté d’excellence et la rigueur dans la gestion de leur business.

Pourquoi devenir à la fois artiste et entrepreneuse ?

bd-double-casquette-artiste-entrepreneuse

Il y a de nombreux avantages à gérer sa carrière artistique comme on gèrerait un business. En voici quelques-uns.

1. Pour combattre le mythe de l’artiste maudit

Je ne sais pas toi, mais le fait de devoir se bousiller la santé pour arriver à créer (le fameux “sex drug and rock’n’roll”) ne m’a jamais semblé logique. Tu as déjà réussi à dessiner en étant malade toi ? Tu as déjà réussi une illustration bourrée ? Même si sur le moment tu as l’impression d’être un génie, une fois sobre… OUPS !

Je ne sais pas toi, mais moi j’ai besoin d’aller bien pour créer. Pas d’être torturée par un chagrin d’amour, la dépression et/ou autres joyeusetés. Et puis je m’épanouis dans un cadre. Alors il me semble logique de me considérer à la fois comme ma propre employeuse et ma cliente. Ainsi, lorsque je dessine, je le fais pour satisfaire ces deux autres “moi”. Et elles n’apprécieraient pas que j’arrive saoule le lundi matin. Je les connais, c’est pas des marrantes.

2. Pour multiplier les sources de revenus et ne plus dépendre des algorithmes

Nous vivons à une époque géniale car il est possible pour les artistes de ne plus dépendre de personne pour faire leur promotion. Grâce aux réseaux sociaux et à Internet, on peut toucher le monde entier en un clic (ou presque) et se créer des communautés de client·e·s potentiel·le·s assez énormes. Malheureusement, les règles de visibilité sont assez floues, notamment sur Instagram.

Ainsi, gérer son statut d’artiste comme on gèrerait une entreprise, c’est une manière de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier : boutique en ligne personnelle, market place, clients particuliers et professionnels… Tout ça permet d’avoir plusieurs vitrine pour le cas où l’une d’entre-elles ne fonctionnerait plus.

3. Pour gagner plus d’argent

Ensuite, je n’ai pas peur de le dire : j’ai l’ambition de gagner beaucoup d’argent grâce à mon art. Et je pense que si je gère correctement ma carrière artistique à la manière d’un business créatif, ça sera possible .

Et puis, je refuse le fait que les artistes sont pauvres “par nature”.

NON !

On s’en rend bien compte avec la pandémie. Les musées, les opéras, les théâtres, les salles de stand-up… Tout est fermé et ça manque à tout le monde. L’Art, c’est ce qui rend la vie chouette et sympa (bon, OK, la bouffe y contribue aussi) (mais si on y réfléchit bien, la gastronomie est un art également…). Alors OUI, les artistes sont essentiel·le·s et méritent d’être rémunéré·e·s correctement pour leurs œuvres.

4. Pour créer en toute sécurité

Comme je l’ai dit plus haut, pour créer, j’ai besoin d’aller bien. Et j’ai aussi besoin de me sentir en sécurité, avec des finances stables, un plan d’action et sans partir dans tous les sens.

Par conséquent, je ne peux pas vivre au jour le jour, sans savoir où je vais. Je dois avoir une feuille de route de mes projets. Je dois être régulière. Et ce cadre m’est fourni par mon côté entrepreneuse.

5. Pour se sentir puissante

Enfin, “last but not least”, je trouve que le fait d’être à la fois artiste et entrepreneuse me rend puissante. Car je ne dépend que de moi-même pour réussir. Et surtout, j’éprouve un réel plaisir à déjouer les préjugés sociétaux. Pas toi ?

Artiste-entrepreneuse = artrepreneuse : et pourquoi pas toi ?

Tu hésites ? Tu te dis que tu n’as pas ce qu’il faut pour être entrepreneuse?

Moi je pense que si. Car si tu es en train de lire cet article, c’est que tu as l’ambition de vivre de tonart. Et ça tombe bien car, sur ce blog c’est de ça dont je vais vous parler.

Alors ne te laisse pas influencer par ton éducation/la société/les gens bien intentionnés qui ne cessent de te répéter : “Artiste n’est pas un vrai métier/c’est pas stable/tu vas crever de faim/trouves-toi plutôt un CDI”.

Je suis persuadée qu’on peut à la fois être une excellente artiste et une business woman.

Alors si :

  • tu es une artiste, une illustratrice, une peintresse et que tu as envie de te lancer dans une carrière artistique
  • le mythe de l’artiste maudit et affamé n’est pas un projet professionnel qui te convient
  • “La Bohème”, très peu pour toi…

Tu es au bon endroit et j’ai quelque chose pour toi !

Une masterclass 100% gratuite : Red Liste : 6 choses à changer dans ton biz pour le faire décoller cette année. 

Aline est la personne qui a changé ma vie en m’apprenant à gérer mon entreprise. Je te recommande ses contenus les yeux fermés. Parce que si tu es comme moi, tu es une artiste ambitieuse qui veut vivre de son art et plus encore : en vivre bien.

Alors si tu as à la fois une âme d’artiste et la folie des grandeurs et qu tu veux sortir de la case “les artistes c’est pauvre” : viens à la masterclass ! 1h30 de stratégie business pour faire les choses “bien”, ne plus t’éparpiller et faire décoller ton activité d’illustratrice en 2022. Viens changer les règles du jeu et adapter ces techniques à tes envies et besoin d’artiste en business.

Tu es certes une artiste, mais tu es aussi une entrepreneuse. Tu es une artrepreneuse.

bd-double-casquette-artiste-entrepreneuse

Comments (2)

  1. Béatrix 1 an ll y a

    Quelle leçon d’espoir et modèle de gnaque! Bravo! Longue vie aux business créatifs à venir.

    • Auteur

      Merci beaucoup ! L’avenir nous dira si ma vision peut fonctionner ! <3

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*